Hirondelle, de l'Ombre à la Lumière avec Détermination

Résumé

Quelle persévérance, quelle foi et quelle fidélité ! L’hirondelle est capable de parcourir 10.000km, d’Afrique en Europe et vice-versa, pour retrouver le lieu où elle nichait l’année précédente. Elle est donc capable de grandes prouesses pour arriver à ses fins. Cet oiseau migrateur se donne les moyens du « bonheur de vivre ». Elle migre au gré des saisons afin de trouver un parfait équilibre de vie et de confort. Que renvoie-t-elle à l’homme par ses particularités ?! Il suffit de regarder son plumage yin-yang pour le comprendre. L’hirondelle est en quête d’équilibre et donc d’harmonie permanente et pour cela, elle est capable d’incroyables efforts. Pour nous européens, elle symbolise l’arrivée du printemps et par là elle représente la messagère des bonnes nouvelles. Si elle est l’annonciatrice de bons présages, elle l’est après des milliers de kilomètres malgré sa petite taille. Elle symbolise alors un courage, une persévérance, une détermination sans faille à arriver à son but : harmonie, paix et accomplissement de soi.  

L'Énergie Positive de l'Hirondelle

L’Energie Positive de l’Hirondelle c’est sans doute celle de se donner les moyens d’arriver à ses fins. Celles-ci ne seraient-elles pas l’harmonie en soi, la paix retrouvée et mieux encore, la réalisation de soi ? Lorsque l’hirondelle part, à l’équinoxe d’automne, elle nous montre l’effort que nous devrons faire pour aller voir nos parts d’ombre : yin, introspection, guérir ses inconscients enfouis afin de les mettre à jour. Lorsqu’elle arrive à l’équinoxe de printemps, après encore bien des efforts, elle nous montre que notre chemin n’a pas été vain. Le yang, la lumière, le renouveau est là. Nous avons transformé l’ombre en lumière. La vie est faite de ces cycles infinis d’ombre et de lumière. Ils sont nécessaires et garants de notre parfait équilibre holistique : physique, émotionnel, psychique, sexuel, énergétique et spirituel. Tout comme l’hirondelle, nous avons accepté d’être fidèles à soi parce que nous avons décidé de nous aimer. Nous avons compris que seuls nous-mêmes pouvions avancer sur notre propre voie afin de nous donner le meilleur. Guérir le Moi pour réaliser le Soi, s’aimer pour vivre enfin son rêve. Ces kilomètres parcourus, tant par l’acte dans le monde visible et matériel, que par l’acte dans le monde invisible, immatériel et spirituel. L’hirondelle, endurante et persévérante, malgré sa petite taille, nous invite à ne pas avoir peur des défis que nous présente la vie. Chaque défi a un sens, même si nous ne le comprenons pas toujours, surtout dans la tourmente. Pourtant, lorsque nous nous posons la question du sens de ce que nous vivons, et que nous trouvons une réponse, alors c’est que nous venons d’accepter que tout est parfait pour notre élévation. Nous nous élevons plus prêt de notre rêve. L’hirondelle parcours des dizaines de milliers de kilomètres pour s’assurer une vie épanouissante. Elle va là où il fait bon vivre, là où il y a l’abondance et l’équilibre. Il faut juste se donner les moyens d’y aller et d’y arriver. La victime attend tout des autres s’empêchant d’accepter sa propre responsabilité dans ce qu’elle vit et parfois endure. L’hirondelle, ne s’apitoie pas sur son sort, elle vole de ses propres ailes : elle est responsable et autonome. Quelle leçon de vie nous donne-t-elle, nous qui passons notre temps à pleurer sur notre sort et à nous battre contre  les autres, pensant que l’extérieur est responsable de nos malheurs. Pensant que les autres sont responsables de notre bonheur ! L’autre, l’extérieur est donc responsable de mon bonheur et de mon malheur alors ? Ceci est vrai aussi longtemps que je n’accepte pas ma propre responsabilité de ma propre vie ! L’extérieur est le problème alors il me faut un coupable, un ennemi extérieur. Pour autant, la personne qui se juge le plus est soi-même. Le juge intérieur, si puissant, l’est d’autant plus que nous fuyons notre propre responsabilité. L’extérieur est méchant alors que moi je suis gentil. Gentil, ou faible devant son propre chemin ? Gentil, ou incapable de s’aimer pour nourrir son propre rêve ? Notre psyché à la fois maligne et déséquilibrée voit le problème à l’extérieur, le bourreau c’est l’autre. Mais l’autre, l’extérieur n’est que le reflet miroir de mon propre bourreau, de mon propre déséquilibre, sinon je n’aurai pas attiré cette situation. L’imperfection est parfaite. Aussi, il nous faut sortir du déséquilibre et faire l’effort de sa propre responsabilité ! Se prendre en main en lieu et place de se faire prendre en charge ! C’est sortir du triangle dramatique : victime-sauveur-bourreau. Celui-ci nous montre où nous en sommes de l’acceptation de notre responsabilité. Est-ce que je m’appartiens à l’intérieur ou est-ce que j’appartiens au monde extérieur. La béatitude est un état d’esprit, il ne dépend pas des conditions extérieures, même si celles-ci peuvent bien sûr être améliorées. Sortir du triangle dramatique de déséquilibre est alors le chemin de l’hirondelle : voler vers son propre équilibre entre ciel et terre. Ce sera là son épreuve. 

L'Énergie Négative de l'Hirondelle

L’Energie Négative de l’Hirondelle serait celle d’un être inconscient et surtout ignorant des lois universelles de l’équilibre du yin et du yang. Bouddha dit : « La souffrance nait de l’ignorance ». Si je suis ignorant c’est qu’en tant qu’Elève-Esprit, je ne vais pas souvent voir ni un Maître, ni mon propre Maître-Cœur. Un Maître extérieur, n’est jamais mon Maître. Si je crois ça, alors moi et lui sommes tombés dans le panneau du triangle vicieux. Un Maître extérieur est celui qui a l’humilité de t’accompagner à trouver ton propre Maître, ton cœur et par là, dans la cosmologie des animaux totems, ton animal de pouvoir, ta médecine qui n’est autre que ton cœur ! Ta médecine est ton Cœur ! (Je me demande encore pourquoi on mange autant de pesticides médicamenteux ?! D’ailleurs les hirondelles sont de plus en plus décimées par … l’effet dominos des pesticides). L’Hirondelle négative croit que le médecin,  le thérapeute, le chaman, le patron, le curé ou le président et tous les autres sont leurs maîtres. C’est vrai… tant que nous acceptons de leur donner ce pouvoir ! C’est vrai… tant que nous n’acceptons pas de prendre notre responsabilité ! Nous adorons nous battre contre et cela fait le jeu du bourreau. Car qui gagne lorsque j’alimente tout ce qui pourrait nourrir la guerre ?! L’ombre bien sûr, et cette ombre est le bourreau qui n’est autre que ma propre haine (dont souvent je fais un déni, c’est bien pratique ce truc là) ! Mon bourreau intérieur, le seul unique ennemi (haine-mi) me possède et fait malicieusement le nécessaire pour s’autoalimenter en haine ! Il créé sans cesse le mélodrame, il créé l’ombre et s’en nourrit, il s’en délecte à l’insu de mon plein gré ! Mon ombre-yin prend le pas sur ma lumière-yang et me voilà désaxé, l’ombre gagne ses batailles avec méthode et stratégie et puis… je meurs dans la bataille. L’ombre a gagné ! La haine a gagné sur l’Amour ! Je n’ai pas vu que le con d’en face contre qui je me battais étais … moi-même ! Ignorance !
L’Hirondelle me montre, à l’équinoxe d’automne, « d’accepter d’avancer pour » aller voir mon ombre et nourrir la paix. Puis elle me montre, à l’équinoxe de printemps, « d’accepter d’avancer pour » aller voir ma lumière et nourrir ma création. Ainsi le rêve, comme la création, sont derrière l’ombre. Mes potentiels (potes en ciel) sont bien gardés par ma haine. Hippocrate disait : « Change ton état d’esprit et tu guériras ». Autre version… tant que tu seras dans ta haine, tu resteras au placard, sans jamais briller de ton être lumineux, plutôt sombre ! Bye-bye le rêve ! L’Hirondelle négative a bien mieux à faire que de se remettre en question, de méditer sur elle ! Le bourreau a tout intérêt à ce que je consomme pour me faire croire que je suis heureux, à tout intérêt à me mettre devant la télé, mon smartphone et mes jeux vidéos où je peux tuer tout le monde, plutôt que de faire mon examen de conscience. Le bourreau, gentil, oula ! Il est gentil le malin, il est un parfait manipulateur et violeur si bien que j’en redemande encore et encore ! Là sont nos leçons de vie, nos leçons de discernement. Non pas que les choses soient bien ou mal, ça aussi c’est périmé, tout est expérience. Mais une expérience se doit de nous enrichir, sans quoi il n’y aurait aucun intérêt à vivre, c'est-à-dire a expérimenter. Nous sommes ici-bas, comme ici haut d’ailleurs, pour faire des expériences permettant enrichissement intérieur et élévation : briller. L’Hirondelle négative, n’est pas noire et blanche, elle est noire et ne fait pas d’effort personnel pour s’élever, c'est-à-dire se purifier ou plus exactement guérir ses blessures non résolues, s’enrichir des expériences. Elle consomme des expériences sans conscience. Elle est devenue robotisée et formatée pour se nourrir de l’extérieur sans jamais rien en faire, sans jamais s’enrichir pour créer la beauté du monde. Engluée dans le triangle vicieux, l’Hirondelle Négative a renoncé à SE SAUVER. Elle s’agite et brasse de l’air au mieux, s’apitoie apathiquement sur son sort au pire. Si elle faisait l’effort du chemin yin-yang, elle trouverait la voie, sa voie. Exactement comme l’Hirondelle positive le fait en parcourant des milliers de kilomètres. Certes elle zigzague, dérive, hésite, chute, mais jamais elle ne renonce ! Elle a foi en elle, elle a foi en qui elle est : son essence originelle qui est cette énergie créatrice infinie et toute puissante dont nous nous sommes séparés, sans doute pour faire l’expérience de l’irresponsabilité et alors de la culpabilité (coupable, je me coupe de la source qui m’anime) ! 

L'Epreuve de l'Hirondelle

L’Epreuve de l’Hirondelle est celle d’harmoniser son yin et yang. Cela demande un effort personnel et holistique. Si l’Hirondelle négative est empêtrée dans ses tempêtes et ses déséquilibres, il y a une raison à cela, un sens à cela ! A quoi servent le mal-être, la douleur et même la maladie ? A quoi sert l’ombre ? Sans l’ombre il n’y aurait aucune quête, aucun mouvement. L’électrocardiogramme serait plat, ce serait la mort. Nous baignons dans un champ d’énergie, qui est de l’information en mouvement et celle-ci oscille telle une fréquence de bas (yin) en haut (yang) en permanence. Il suffit que l’axe se désaxe et nous voilà désaxés ! Lorsque nous ne sommes plus centrés, dans le cœur, nous devenons l’objet de l’expérience et nous la subissons. Nous nous sommes laissés emporter par notre propre tempête intérieure. C’est à cet instant que nous crions au secours et que nous rendons les autres responsables de notre décentrage. Nous nous sentons coupables de ne plus être dans le cœur et cela devient insupportable, honteux même ! Cela nous renvoie notre faiblesse devant… l’amour, notre faiblesse devant notre amour-propre : je ne m’aime pas assez pour être responsable. Qui donc serait responsable de ma propre-vie ?! Je n’arrive pas à être responsable alors je juge et, surtout, je me juge ! Le juge est notre propre bourreau ! Le voilà mis à jour ! Me voilà dans un combat extérieur aussi inutile qu’inefficace, si ce n’est qu’il renforce mon propre bourreau ! Le malin est malin, non ? S’il y a un triangle dramatique et vicieux « victime-sauveur-bourreau » il y a forcément et heureusement un triangle vertueux ! Ouf ! Lorsque je subis, je suis dans le triangle vicieux. Je suis devenu l’objet de l’expérience et je suis valdingué dans mes extrêmes yin et yang comme une fréquence. Je suis déséquilibré. La quête c’est bien sûr de revenir dans l’axe, m’aligner yin-yang afin d’être, non plus l’objet, mais le sujet de l’expérience. Centré, je peux observer l’expérience sans être happé par celle-ci. Cela s’appelle la maîtrise de l’esprit. Le seul fait de l’observer c’est « prendre conscience » de mes inconscients, c’est les mettre à jour, les révéler à la lumière. Cela se nomme guérison. A l’équinoxe d’automne, l’Hirondelle fait le chemin Yin, dans l’ombre. Elle la dépasse et trouve alors la paix dans un milieu propice au bien-être. A l’équinoxe de printemps, l’Hirondelle fait le chemin Yang, dans la lumière. Elle va alors pouvoir procréer, créer son grand œuvre, elle devient créatrice parce que parfaitement équilibrée dans son centre-cœur yin-yang. En permanence, la vie nous invite à mettre nos logiciels à jour. L’alignement des logiciels comme des planètes dans notre être (nous sommes un microcosme dans un macrocosme) permet la création sacrée : accoucher de soi (Soi et pas Moi)! Alors la petite hirondelle que nous sommes va pouvoir humblement laisser une trace de son pas-sage sur terre par l’acte créateur : l’accomplissement du rêve. Combien d’aller et retour pour parfaire l’œuvre ?! Autant que nécessaire et surtout aussi longtemps que je n’accepte ni ne comprends les leçons de l’univers, aussi longtemps que je n’accepte pas d’être responsable ! Enfin, n’hésitons plus à quitter ce qui ne nous est plus profitable pour de nouveaux horizons… dirait l’Hirondelle migratrice ! 

La Médecine de l'Hirondelle

La Médecine de l’Hirondelle m’invite à sortir du triangle vicieux, me battre contre (l’extérieur), afin d’alimenter un cercle vertueux qui est celui d’avancer pour et pour soi (intérieur) ! Caliméro victime dirait : « c’est trop dur, personne ne m’aime ». Le héros sauveur dirait : « Je vais sauver les autres comme ça ils m’aimeront ». Le bourreau pendant ce temps là, dirait : « je mène la danse ! Il n’est pas prêt de … se sauver ! ». Et surtout, pendant ce temps-là, nous subissons les tempêtes ! Quelle mauvaise idée de faire des kilomètres pour se battre contre, quelle mauvaise idée de faire des kilomètres pour sauver le monde. C’est prétentieux de vouloir sauver le monde sans se sauver soi-même, non ? C’est un peu : « Avancez, moi je vous regarde ! ». Le courage, l’humilité, la persévérance, la détermination de l’hirondelle c’est de SE SAUVER ! De renouer à son propre équilibre afin de se réaliser dans un épanouissement proportionnel à son amour-propre. C’est l’amour-propre qui a raison de la haine, de l’ennemi intérieur (qu’on voit orgueilleusement à l’extérieur). Pour arriver à cet amour-propre (parce qu’il y a peut-être un amour sale ? Celui qu’ont vole à l’extérieur ?!), la médecine de l’hirondelle nous invite à rentrer dans le centre et dans le cercle vertueux : Acceptation de ce qui a été, est et sera, Pardon réciproque (le plus dur étant de se pardonner, pardonner à l’autre est juste un entrainement), Compassion réciproque, Amour réciproque, et enfin Gratitude réciproque ! Ce cercle nous amène tout droit à la paix, alors plus rien ne nous empêche d’accomplir notre destinée ! Pourquoi Gratitude réciproque ?! Parce que lorsque je suis capable de remercier l’autre, vous savez, le connard d’en face, je prends conscience que sa présence et ses actes que j’ai attirés à moi, étaient là uniquement pour réveiller mes souffrances et mes failles. Je prends alors humblement conscience que sans ce maître, je n’aurai jamais pu réveiller mon ombre et donc jamais pu éveiller ma lumière ! Le cadeau c’est que lorsque nous avons la sagesse de ce cheminement, du cercle vertueux, bien sûr nous libérons le « connard du miroir : soi-même » mais aussi le « connard d’en face ». Cela se nomme l’AMOUR, le parfait équilibre du yin et du yang qu’on ne peut atteindre sans effort intérieur, sans apprendre à voler de ses propres ailes ! 

Hirondelle Animal Totem, par Grand-Ours, Chaman-Guérisseur. 

Merci d'en faire bon usage sans vous en approprier la création... 

Stage Animaux Totems

Le Petit Livre des Animaux Totems