Moustique, de la Perversion à l'Humilité Bienveillante

Résumé

Voilà un animal totem bien étrange: le moustique ! Tout le monde se pose la question : « Mais pourquoi vient-il me piquer ?! » D’ailleurs la question plus juste serait : « Pourquoi vient-elle me piquer ?», puisque ce sont les femelles fécondées qui viennent pomper notre sang, permettant à leurs œufs d’atteindre la maturité. Si le moustique pique, il n’en est pas moins un vecteur important d’agents pathogènes transmissibles à l’être humain. Il est responsable d’environ un million de morts par an à travers le paludisme, la dengue, différentes fièvres, le chikungunia, les encéphalites et les filarioses. Bref, tout petit mais sacrément costaud et…dérangeant ! Est-ce là le signe que nous avons minoré quelque chose d’important dans notre vie et/ou dans nos mémoires et que Dame Moustique vient nous en rappeler la réalité ?! Cela est d’autant plus vrai que certaines personnes semblent les attirer ! Il y a des peaux à moustiques comme il y a des têtes à poux !
 

L'Energie Positive du moustique

L’Energie Positive du Moustique est bien particulière ! C’est celle de venir réveiller en nous quelque chose que nous aimerions voir dormir profondément et que nous nions. Quelque chose qui nous dérange au plus haut point et que nous n’aimerions pas révéler ou mettre à jour ! La phrase prêtée au Dalaï-Lama : « Si vous avez l’impression d’être trop petit pour changer quelque chose, essayez donc de dormir avec un moustique et vous verrez lequel des deux empêche l’autre de dormir ». Le petit embête le grand, ou peut-être le soumis embête-t-il le dominant ?
Le nom scientifique de la famille des Culicidés vient de son genre type Culex donné par Linné en 1758. Culex vient du latin aculeus « aiguillon », lui-même issu du proto-indoeuropéen ḱuH-ló- de même sens, et fait référence à l'appareil piqueur-suceur de ces insectes avec lequel les femelles se nourrissent de sang. Le nom vernaculaire de moustique est emprunté à l’espagnol mosquito, littéralement « petite mouche », dérivé du latin mŭsca, « mouche ».
Nous y voilà ! La moustique femelle est dotée d’un « aiguillon », elle pique, injecte de la salive anticoagulante (qui donne une réaction allergique inflammatoire) et pompe le sang. Elle délivre un poison et viole la vie intime de sa victime par le biais de la peau, symbole du contact. N’avez-vous jamais remarqué que le mot insecte est l’anagramme d’inceste ?! Étrange ! Ici c’est la femelle fécondée qui pique, empoisonne et viole par le contact ! Ne serait-ce pas là le signe d’une mémoire bien cachée d’un inceste fécondant qu’on aimerait ne jamais revoir surgir au grand jour ! D’ailleurs, bien souvent, elle fait ça dans l’ombre, en pleine nuit ! Voilà une mémoire bien honteuse que nous tentons de refouler au plus profond de nous tant du coté du féminin abusé que du masculin abuseur. Dans les deux cas, cette mémoire destructrice nous hante comme un fantôme tant que nous la nierons. Cette intrusion de l’aiguillon, est responsable d’un million de morts par an dans le monde. L’inceste est la mort de l’identité sacrée, le viol est le vol du « i » d’identité. Nous ne nous reconnaissons plus comme un enfant sacré de l’univers mais comme un être coupé de sa source (coupable et honteux) totalement dépendant de son abuseur reconnu alors, par le truchement de la perversion, comme le Saint Père en lieu et place de lui-même. La domination créée la soumission et celle-ci la dépendance à l’autre. Nous ne nous appartenons plus, nous ne sommes plus individués, nous appartenons à l’autre, à l’extérieur. Nous reconnaissons alors l’autre, les autres comme étant nos maîtres, et nous ne sommes plus responsables de qui nous sommes en réalité. L’inceste fait partie des mémoires les plus difficiles à guérir, elles s’engramment profondément. Madame moustique, inversant les rôles, vient nous violer à notre insu, ce qui nous irrite passablement à tel point que nous voudrions la tuer, elle et ses enfants. L’enfant qui a vécu l’inceste et qui est fécondé devient la bête à abattre, non ?! Nous aimerions pouvoir l’effacer de notre réalité ! D’un pervers il y en a maintenant trois : le pervers lui-même, l’enfant incesté et donc perverti et le bébé à venir. Dans nos inconscients personnels, familials, karmiques et collectifs (génocide), cette tâche infecte le sang qui a le gout du venin et de la mort ! Nous aimerions bien éradiquer cette tâche sombre au fond de nous car nous nous sentons à la fois honteux et  impuissants à la maîtriser ! D’ailleurs qu’en est-il de la maîtrise des quelques piqûres de moustiques à la suite ?! Ça rend fou, non ?! C’est exactement ce que génère l’inceste : la folie ! Une distorsion puissante dans nos cordes énergétiques et… génétiques !
Dans tous les cas, l’énergie positive du moustique est « inversée ». Elle nous dérange pour nous obliger à trouver la force de mettre à jour, c'est-à-dire guérir, ce qui sommeille dans l’ombre. D’ailleurs, c’est aussi pendant le sommeil que Dame Moustique sévit, comme l’homme incestueux… La maligne ! Elle joue un jeu de miroir des plus désagréables, elle inverse les rôles ! Mais c’est un mal pour un bien. Regardez à quel point nous tentons par tous les moyens de détruire le moustique ! Vraiment dérangeant !Pour autant, il ne fait que  se renforcer et devient sans cesse plus puissant avec l’arrivée du moustique-tigre. Alors que faire face à cet irritant moustique ?! Sans doute, accepter son épreuve qui parfois prend l’allure d’une chute vertigineuse, un mal nécessaire.

L'Energie Négative du moustique

L’Energie Négative du Moustique est celle de l’abuseur abusé. Elle fait tourner la roue de destruction jusqu’à mort s’en suive. L’abusé devient abuseur, tel est le pouvoir de ce type de perversion, viol et inceste. Qui saura être assez fort pour faire stopper la roue de la dégénération pour la remettre dans le sens de la création, avec un sang neuf et pur ?! C’est là une tâche bien ardue ! Malheureusement dans le cas négatif du moustique, la perversion comme un loup noir, ne cherche qu’à croitre. La perversion a besoin de se nourrir encore et encore, puisant dans les sangs purs et enfantins une force inespérée. La perversion, c’est la capacité de transformer non pas le plomb en or mais l’or en plomb, la lumière en ombre. C’est voler la force du « Père Soleil », c'est-à-dire l’amour, se l’approprier et la convertir en une force dominante et destructrice jusqu’à ce que l’on prenne pour le Père lui-même : un Dieu tout puissant, un dictateur, un pervers-manipulateur qui se cache bien entendu chez l’homme comme chez la femme. Cette force de destruction est jouissive, le pouvoir de la haine est jouissif sans quoi nous ne l’alimenterions pas. Il nous remplit d’une telle pulsion qu’il est bien difficile d’y faire face. Ici, il n’y a plus d’Être, il n’y a plus que du paraître, du bling-bling et des paillettes, du gentil manipulateur qui vous envoute avec ses flatteries de renard et qui quête les honneurs et les pouvoirs avec une avidité farouche. Véritable usurpateur. Oh, soyons humbles ! Ne croyons pas que cela existe que chez les autres, cela est en chacun de nous, sans quoi il n’y aurait plus aucun viol dans ce monde ! Justement, l’humilité face au moustique, nous invite à tous nous pencher sur nos dérives d’hier et d’aujourd’hui pour enfin trouver le courage de les transcender.
Bien sûr, nous voudrions tous tuer l’abuseur, mais, miroir, miroir ! Que nous renvoie-t-il de si difficile que nous ayons à tel point envie de le rejeter et de le tuer ? Oh ! Juste une partie de nous-même que nous n’aimons pas…. et voici donc, entre autres, pourquoi nous ne nous aimons pas, parce que nous nous rejetons nous-mêmes ! Il est bien plus facile de vouloir juger l’autre que de faire son propre examen de conscience ! C’est là, la grande tâche sale que nous voudrions faire laver, pour ne pas dire payer, aux autres ! C’est l’autre le coupable ! Me suis-je demandé un jour pourquoi j’avais ça à vivre ? Quel était le sens de cette imperfection parfaite ? Cela est bien trop difficile à admettre et beaucoup plus facile à nier, alors cherchons un ennemi extérieur, c’est bien plus pratique. Chez le moustique négatif, pas un brin de sagesse mais de la poudre aux yeux pour créer l’illusion et un brin d’agressivité ! Moustique négatif est le pire agent pathogène qui soit dans le monde et il nous le rend bien, non ?! Il faut  tuer le diable à coup de pesticides ; c’est exactement ce que nous faisons…avec nous-mêmes, et moustique rigole !
Bien évidement, la perversion est le curseur le plus haut dans le message de Dame Moustique. A un niveau plus bas, nous pourrions y voir tout ce qui nous dérange, irrite, agace et que nous cachons ou nions au plus profond de nous tant cela nous semble insurmontable, nous dévoilant un sentiment d’impuissance devant la réalité !

L'Epreuve

L’Epreuve du Moustique est celle de la faiblesse, de l’impuissance, de la honte, de la culpabilité, de la peur pour ne pas dire de la terreur. Elle nous fait vivre ce que l’acte incestueux à généré. Nous nous retrouvons prostrés totalement impuissant devant l’acte et cela autant du coté du violé que du violeur. Le violeur est impuissant face à ses pulsions, lui-même porteur du gène du viol qu’il a vécu jadis. Les mémoires ne s’effacent pas avec le temps. Elles restent tout aussi longtemps qu’on ne viendra pas les transcender. Nous sommes énergie et l’énergie c’est de l’information dynamique. Lavoisier, célèbre chimiste disait : « Rien ne se créé, rien ne se perd, tout se transforme » et c’est là notre fabuleux pouvoir guérisseur ! Nous pouvons tout transformer ! A condition, bien sûr, de mettre en route notre four alchimique en fusion et par là notre cœur, seul apte à transformer le plomb en or, l’ombre en lumière. Il nous faut rentrer dans le triangle vertueux : acceptation de ce qui a été, pardon et compassion. Un triangle qui amènera en nous la paix par la « simple » force de l’amour, l’amour qui fait mourir tout ce qui n’est pas l’amour en soi. Cela demande un haut chemin spirituel, une élévation vibratoire qui nous mènerait jusqu’au chakra coronal violet (haute fréquence). Violet comme… violé ! Ce chakra violet assure la connexion au « Père Soleil », à la source (ultra-violet). C’est notre antenne qui nous permet de nous reconnaître comme étant des enfants de l’univers et c’est celle-là même dont on c’est senti « coupable ». De là, nous n’avons cessé d’avoir l’amour par l’intérieur, soi-même, et nous nous sommes mis dans une quête éperdue d’un amour extérieur. En d’autres mots : dépendance, ultra-consommation, manipulation et irresponsabilité. Lorsque nous nous reconnaissons en pleine conscience comme enfant de l’univers alors il n’y a plus de peur. Elle est remplacée par la Foi que la Source apportera tout ce qui est juste à son enfant sacré ! N’imaginez pas là un vieux barbu qui donne les bons et les mauvais points, mais plutôt une énergie créatrice intelligente !
L’épreuve du moustique est donc une invitation à guérir ces mémoires silencieuses et extrêmement dérangeantes. « Tout ce qui ne vient pas à la conscience revient sous forme de destin », disait Karl Jung. Autrement dit, le moustique nous ramène dans nos scènes d’hier où faiblesse, impuissance, terreur, domination et soumission étaient la triste réalité. Le moustique vient nous rappeler que ces actes d’hier ont causé la « mort spirituel » de l’être qui ne sait plus qui il est ni d’où il vient. Voyez dans quel état vous mettent les moustiques et leurs piqûres et vous aurez une idée de votre « irritation » face à ces mémoires non résolues.
C’est par la voie de la sagesse, de l’humilité, de la bienveillance et d’une détermination sans faille à se guérir de ses névroses, que l’initié retrouvera sa grandeur céleste et toute la puissance de l’enfant sacré qu’il est. S’il échoue à l’épreuve du moustique, l’initié sera sans cesse malmené par des petites choses qui lui causeront de gros dommages ! 

La Médecine

La Médecine du Moustique est un peu celle du Chaman ! Il vient piquer là où ça fait mal, là où ça dérange. Il vient mettre le chaos afin que nous remettions de l’ordre dans nos vies et c’est là... qu’on déteste le chaman ! L’ego aime bien être caressé dans le sens du poil… La médecine du moustique nous montrer ce que nous ne voulons pas voir, ce qui nous agace, nous dérange mais que voulons taire en nous. Le moustique réveille la souffrance endormie afin que nous y fassions face. C’est un merveilleux salut à bien y regarder !  Il faut alors devenir humble, se faire petit et finalement devenir « rien » pour « être tout ». Cela demande une grande sagesse et beaucoup d’amour de soi pour se pardonner ce que l’on croyait impardonnable. Se libérer de la honte et de la culpabilité est la magie du moustique. Elle nous permet de nous reconnaître de nouveau un enfant sacré. Celui-là même que nous aimerions que les autres reconnaissent en nous. Nous sommes le seul à pouvoir le faire par la puissance de l’acceptation, du pardon et de la compassion. L’acceptation, le pardon, la compassion certes envers les autres, mais finalement surtout envers nous-mêmes, nous l’abuseur abusé ! La roue tourne. Hier le grand maltraitait le petit, aujourd’hui le petit dérange le grand jusqu’à ce qu’il fasse amende honorable ! Le porteur de la médecine du moustique est bien courageux car il devra d’une part faire le chemin de guérison auquel il résiste farouchement  et d’autre part venir déranger ses clients afin qu’ils en fassent de même ! Sale moustique ! 

Moustique, Animal Totem, par Grand-Ours, Chaman-Guérisseur. 

Merci d'en faire bon usage sans vous en approprier la création... 

Stage Animaux Totems

Le Petit Livre des Animaux Totems